Déjà parus 2017-05-21T11:32:33+00:00

Déjà parus

« Les Casseurs d’os » – Sébastien Meier

By | 30 juin 2018|

Une jeune chercheuse massacrée. Un journaliste d'investigation qui met à jour la corruption de membres du gouvernement par une multinationale de l'agroalimentaire. Dans la forêt, un camp d'entrainement d'une drôle de nature. Le royaume de Bohème, là où il fait bon vivre, vacille, rattrapé par le côté sombre de la nature humaine.

« Trafiquants & associés » – Sebastian Rotella

By | 21 mai 2018|

Massacre dans un motel mexicain, à proximité de la frontière. Une dizaine d'immigrées africaines qui s'apprêtaient à passer aux Etats-Unis. Victimes probablement d'un gang de "dépouilleurs". Pour quelle raison? Mystère. L'enquête menée conjointement par un détective privé et un journaliste d'investigation va secouer les hautes sphères de la finance et du lessivage des narcodollars.

Né un mardi – Elnathan John

By | 27 février 2018|

Dantala est un adolescent nigérian, passé par l'école coranique, mais qui traine avec des voyous avant d'être pris sous la protection d'un imam salafiste, mais bon. A l'ombre de la mosquée, il va grandir, s'éveiller à la sensualité et se confronter à la dureté de l'existence dans un environnement où politiciens et religieux s'affrontent sans merci pour le pouvoir. Un récit d'apprentissage sous le soleil d'Allah.

« Irrévocable » – Andreas Pflüger

By | 8 février 2018|

Pour Holm, il s'agit, non seulement de faire évader son frère mais également d’enlever Jenny pour assumer une vengeance. Laquelle ? « Parce qu’elle a mis son frère derrière les barreaux ? Après cinq ans ?  » Pas crédible. Quoi qu’il en soit, il va détourner un bus scolaire et menacer de le faire sauter si son frère et une rançon ne lui sont pas amenés par Jenny.

Clientèle – Cécile Reyboz

By | 23 janvier 2018|

Les clients se succèdent, détaillés sans concession de la tête aux pieds. Il y a par exemple celui-là, « engoncé dans un costume d’un noir luisant de synthétique » et qui parle trop fort. Ou cette autre, « main molle, visage gonflé et mou contredit par un regard dur, le souffle court, déplaçant avec difficulté un surpoids indéniable (…) »

Cirque mort – Gilles Sebhan

By | 14 janvier 2018|

Et puis il y eut cette lettre anonyme, écrite à la main, d’une « espèce d’écriture numérique comme on en trouvait parfois sur les réveils. » Une simple devise : « L’insensé se croise les mains et mange sa propre chair. » Plus tard, Dapper apprendra que c’est une phrase tirée de l’Ecclésiaste. « Elle vous invite à ne pas renoncer. Vous pensez votre fils mort mais je crois que vous vous trompez. »