L’Evasion – Dominique Manotti

Illusions perdues

EVASION_150L’action se déroule en 1987. Les « années de plomb », ces années d’activisme violent en Italie, ont pris fin au début de la décennie. Les rescapés de l’aventure sont en taule ou réfugiés politiques à l’étranger.
Carlo, membre des Brigade Rouges, fait partie de la première catégorie. Cela fait sept ans qu’il est emprisonné à Rome. Lorsque l’organisation révolutionnaire annonce qu’elle reconnaît sa défaite et qu’elle dépose les armes, pour l’ancien brigadiste l’heure de l’évasion a sonné. « J’ai continué le combat pendant sept ans en taule. Je n’ai rien lâché, j’ai appliqué toutes les consignes. Mais maintenant, nous posons les armes, ça n’a plus aucun sens de rester en taule. Je n’ai aucun goût pour les agonies tragiques ». D’autant plus que Carlo n’attend rien de bon des vainqueurs : « maintenant qu’ils ont gagné, ils vont nous le faire payer (…) ils nous laisseront pourrir en taule ou en exil jusqu’à la nuit des temps ». Direction la sortie, donc, planqué dans un camion poubelle avec son compagnon de cellule, Filippo, un jeune délinquant. Une fois dehors, les deux hommes se séparent. Avant de partir, Carlo donne à Filippo une adresse à Paris. « Si cela devient trop dur ici en Italie, passe en France ».
Et les choses deviennent effectivement dures. Quelques semaines après leur séparation, Filippo apprend, dans un journal, la mort de Carlo. Il a été abattu devant la succursale d’une banque lors d’une tentative de hold up. Le nom de Filippo est mentionné comme probable complice. Il y a urgence pour lui de se mettre à l’abri. Il est temps de suivre le conseil de Carlo et rejoindre son contact à Paris.
Ce contact s’appelle Lisa Biaggi. Carlo a été l’homme de sa vie. Elle était à Paris quand il s’est fait arrêter. Elle n’est jamais rentrée. Mais elle ne l’a jamais oublié. Pour elle, une certitude, Carlo s’est fait piégé. « Il n’y a pas eu de hold up qui a mal tourné. (…) Il est tombé dans un piège. Son évasion et son assassinat ont été programmés ». Et qui sait si Filippo ne faisait pas partie du programme ? L’accueil de Lisa est donc plutôt froid. A la paranoïa des réfugiés politiques s’ajoute la jalousie de l’amante envers ce jeune homme qui affirme avoir partagé la cellule de Carlo pendant sept mois; « Je l’ai aimé dès le premier jour ». Néanmoins, par fidélité à Carlo et avant de rompre tout lien avec Filippo, Lisa lui trouve un logement et un job de veilleur de nuit. La logeuse de Filippo, Cristina, est également italienne. « Une femme, quarante, quarante cinq ans, superbe comme savent l’être les Italiennes à cet âge là ». Mais là aussi, l’accueil est minimal. Pauvre Filippo. Lui qui cherchait « une épaule pour pleurer. Un peu d’amour » n’a trouvé que mépris. « Pour ces deux femmes, Carlo est un prince et toi, une merde. » Orgueil du jeune mâle, audace de la jeunesse, Filippo décide de conquérir ces deux femmes qui l’ignorent. Et pour séduire ces deux intellos dont les murs sont couverts de livres, Filippo va se lancer dans un projet a priori hors de portée du jeune voyou qu’il est. Un projet d’écriture. Un projet de roman inspiré par son aventure avec Carlo. Désormais, il va meubler ses longues nuits de veille en couchant sur papier son histoire. Une histoire qui aura pour nom « L’Evasion ».

Dans le style nerveux qui est le sien, Dominique Manotti, a écrit un roman court, plein d’amertume, de regrets, de vies gâchées. Les idées comme les sentiments se sont fourvoyés sur le chemin de l’échec. L’espoir reste toujours une possibilité, bien sûr. Mais dans un roman noir, il fait rarement le poids face au destin… La forza del destino en quelque sorte. Après tout, comme le dit un personnage, « nous sommes le pays de Verdi ». Avec « L’Evasion », Dominique Manotti pose, fidèle à elle-même, un regard plein d’empathie sur les desesperados de l’existence. Même s’ils ne font pas les bons choix. Question de principe. Et elle leur trouve, par l’écriture, une honorable porte de sortie. « Ecrire, l’arme de la victoire ». MO

L’Evasion – Dominique Manotti – Gallimard (Série noire)

By | 2013-12-01T12:57:12+00:00 27 mai 2013|Non classé|0 Comments

Leave A Comment